Gagner 10 000 € dans l’élevage du jeune bétail ? Commencez par abaisser l’âge moyen au vêlage des génisses !

Nederlands

L’âge moyen au vêlage des génisses en Belgique et aux Pays-Bas est de 26 mois depuis des décennies. Autrement dit, tous les frais engagés pour l’élevage du jeune bétail ne commencent à être rentabilisés qu’après plus de 2 ans. Vous pourriez toutefois en tirer plus. Surtout si vous affinez vos objectifs d’élevage. Découvrez comment dans cet article.

Savez-vous que les vaches qui produisent le plus de lait au cours de leur vie sont celles dont l’âge au premier vêlage était de 22 mois ? L’abaissement de l’âge des génisses au premier vêlage au moyen d’un élevage Lifestart plus intensif se traduit par une augmentation du rendement de plusieurs manières :

  1. diminution des coûts d’élevage et rentabilité plus rapide de la vache laitière ;
  2. augmentation de la surface agricole disponible pour le bétail laitier et du rendement de la production laitière ;
  3. augmentation de la production du troupeau.

Nous nous penchons ci-dessous, par sujet, sur les possibilités de rendement supplémentaire.

1. Diminution des coûts d’élevage et rentabilité plus rapide

Si on fait abstraction de la main-d’œuvre, les coûts d’élevage moyens sont de 1 650 € (WUR, 2019). Dans l’hypothèse d’une production moyenne de 31 000 kg de lait au cours de leur vie, l’élevage des génisses coûte en moyenne 5,3 centimes/kg de lait. Pour une exploitation laitière de 100 vaches laitières, avec un taux de renouvellement de 35 %, un âge de 26 mois au premier vêlage et un taux d’échec dans l’élevage de 10 %, 83 jeunes bovins sont nécessaires (tableau 1).

On pourrait sans aucun doute en tirer davantage : le simple fait d’abaisser l’âge du vêlage de 26 à 22 mois permet d’économiser 12 animaux (scénario vert) ! Cette économie de 12 animaux x (1 650 €/2) peut faire grimper les économies globales jusqu’à environ 10 000 € par an.

On peut également réaliser des économies supplémentaires pour chaque génisse venant de vêler. Malgré un élevage Lifestart plus intensif, qui entraîne une légère augmentation des coûts d’alimentation, ce gain de 4 mois permet d’économiser 80 € par génisse venant de vêler. Pour une exploitation laitière comptant 100 vaches laitières, cela représente 3 000 € supplémentaires par an. L’élevage du jeune bétail coûte donc en moyenne 5,1 centimes/kg de lait, en supposant une production constante sur toute la durée de vie de l’animal. En d’autres termes, la vache laitière s’amortit plus rapidement.

Améliorer le taux de renouvellement permettrait également à l’exploitation de réaliser des économies plus importantes, comme l’illustre le tableau 1. Un taux de renouvellement inférieur de 5 % permet d’économiser en moyenne 10 animaux supplémentaires pour l’élevage.

2. Augmentation de la surface pour le bétail laitier et du rendement de la production laitière

Depuis quelques années, l’élevage des génisses coûte plus cher, car la surface avec phosphates occupée par les jeunes animaux pourrait également servir aux vaches laitières. Abaisser l’âge du premier vêlage permet de diminuer le nombre de veaux pour 100 vaches et de gagner de l’espace sur votre exploitation (du temps et des phosphates également) pour l’élevage du bétail laitier. Moins de veaux pour plus de vaches, c’est un meilleur rendement pour votre exploitation.

Dans l’exemple ci-dessus, l’abaissement seul de l’âge de vêlage de 4 mois permet de garder 4,3 vaches laitières supplémentaires en termes de droits de production de phosphates. De quoi économiser un investissement d’environ 28 500 € en droits de production de phosphates.

3. Augmentation de la production du troupeau

Contrairement au mythe selon lequel l’abaissement de l’âge au premier vêlage nuit à la génisse et/ou à la production, plusieurs études montrent que cet abaissement, via un élevage Lifestart plus intensif, augmente la production. L’abaissement de l’âge du premier vêlage est donc rentable également sur ce point, car les génisses commencent à produire du lait plus tôt. Ce constat repose bien entendu sur des génisses en bonne santé de 390 à 400 kg à l’insémination. L’exemple ci-dessous l’illustre parfaitement. Ce graphique, qui illustre la production laitière dans 8 834 exploitations laitières au Canada, révèle clairement qu’un âge de vêlage précoce a un effet positif sur la production laitière.

D’après plusieurs études, l’abaissement de l’âge moyen au premier vêlage permet d’augmenter la production de lait. En outre, les propres recherches de Trouw Nutrition montrent que les chances d’une 3e lactation augmentent également de manière significative avec l’élevage LifeStart. En bref, l’abaissement actif de l’âge au premier vêlage permet non seulement d’obtenir plus de litres par lactation, mais aussi de prolonger la vie de vos vaches.

Sluit deze melding
Deze website maakt gebruik van cookies Lees meer over het gebruik van cookies